Céline BELION de Sens: 5 jours au Paradis Bleu en Juin 2019

Voici ci dessous le texte de Céline. Elle a dispensé des cours de secourisme pour les gestes d’ugence à tous les enseignants du Paradis Bleu. Elle a participé également à la préparation des plantations. Méline nous a parlé du travail de Céline qui a été très profitable à toute la communauté.

De Mayotte au Paradis Bleu …
Une semaine bouleversante au Paradis Bleu, à l’image de mon séjour à Mada.
Bouleversante parce qu’elle remue vos habitudes, votre confort, votre relation à l’Homme, à la Terre.


La rencontre de Méline, Merri, Ida, M. Paul, M. Berizik, Mme Estelle, Mme Dorlette, Wolandine, Fabi, Farida, Efrazi, Rosemine, … Wendy, Keri, Merida … et tant d’autres personnes, de sourire échangés, de « salama ».
Au Paradis Bleu c’est :
Des heures à regarder le ciel étoilé, à sourire, échanger, parler en français, malgache, shimaoré, anglais, espagnol, …
Des enfants accueillis à qui on propose de suivre une scolarité en participant à la vie quotidienne du foyer.
Le rire de Suata, les jolies coiffures et délicieux plats de Silviane, les discussions avec Jano qui a fait tant d’efforts … moments d’exception gravés pour toujours.

 

« Aux champs Elysées », chanson apprise avec les CM2 et chanté en coeur.
La passion et le goût de Merri pour la terre, pour les nouvelles plantations.
Le projet d’arrosage automatique, je croise les doigts pour la suite.
Les discussions sur les bienfaits l’artemisia et le projet de plantation.
Les moments à la pépinière avec l’équipe et les élèves : creuser les trous dans le champ d’igname, préparer les talus, surveiller les concombres planter les fruitiers ; j’ai écouté, partagé et appris avec vous.
Le partage avec Ida sur l’organisation de la fête des instituteurs et de la fête des mères.
Une fête d’au-revoir que je n’oublierai pas ! J’ai adoré votre bonne humeur et faire la fête avec vous tous.
Les gestes de secourisme vus avec les instituteurs pour répondre à la demande de Méline et Ida. Un challenge pour moi de transposer les 1ers secours français pour qu’ils soient adaptés, cohérents et efficace avec le contexte de Befotaka. (A Madagascar, on appelle les pompiers seulement pour éteindre les incendies !). J’ai pris plaisir à transmettre et échanger avec les instituteurs à cette occasion. J’ai eu l’impression que cela avait plu. Je me suis sentie engagée, utile.
Chaque soir, un moment de réflexion seule dans la case des vasa, pour intégrer les moments joyeux et difficiles de la journée passée afin d’être ressourcée et en forme avant que n’arrive la prochaine journée.
Avec Méline, échange de connaissances et partage d’avis sur le monde, sur Mada, sur Befotaka. Son expérience de vie extraordinaire, son engagement pour les autres, pour les femmes … en rencontrant Méline, on se pose, on observe, on réfléchit, on fait le point sur quelle personne, quelle femme on veut être.
Merci Jacques, Eve, Méline et son mari de m’avoir donné la chance de vous rencontrer et de partager cette semaine.
Je vous garde tous dans mes pensées, en espérant suivre vos projets et vous retrouver …
Céline