LETTRE N°7 FÉVRIER 2021, par Ève Perron

« La vie est à l’envers! »

L’Afrique- dont Madagascar – a appris à vivre depuis longtemps avec la présence permanente des virus, des épidémies et surtout avec le fléau du paludisme qui tue chaque année près de 8% de la population.

        Avec l’arrivée du Covid dans un contexte de pandémie mondiale, le gouvernement malgache a appliqué des mesures sanitaires identiques à celles prises dans les pays européens. Ces mesures extrêmes, malgré le très faible taux de mortalité sur la grande Île (260 morts Covid depuis mars 2020 Source: JHU CSSE COVID-19 Data) ont plongé le pays dans une pauvreté insupportable.

          Article:-Le Monde Afrique (Fin Janvier 2021)

« L’épisode de famine a commencé en Mai 2020 avec la sécheresse qui sévit (changement climatique) et avec l’arrêt des activités économiques dû à l’arrêt des moyens de transports.

Victimes du « kéré » -qui signifie « être affamé »– les familles quittent massivement le sud de l’île car il n’y a plus d’autre choix que celui de partir.

Selon le Programme alimentaire mondial, 1,35 million de personnes risquent de se trouver rapidement en situation d’insécurité alimentaire. Problème d’approvisionnement en eau, diminution de la quantité de nourriture, vente massive du bétail, des biens… Cette famine de 2020 ressemble aux précédentes, mais dénote par son exceptionnelle dureté. Il est rare d’observer autant de familles quitter leur région »